Syndicat des Trufficulteurs de la Région de Lalbenque - 05 65 21 95 77 - 06 83 62 34 00

Avril 2016 La Taille des Truffières

Lorsqu’il est question de taille des arbres truffiers, c’est un peu la jungle en matière d’information. Il y a ceux qui disent qu’il ne faut pas tailler, d’autres qui pensent que la taille doit être extrêmement méticuleuse, certains qui utilisent la radiesthésie ou qui prêtent une attention particulière à la lune. Tout est bon dès lors que l’on obtient de bons résultats avec une production de truffes qui dure plusieurs années ou décennies.


Mars 2016 Le travail des truffières

La saison des truffes va se terminer plus tôt que prévu.

On peut dire qu’elle ne sera pas à marquer d’une pierre blanche pour ce qui est des quantités récoltées et apportées sur les marchés de Lalbenque et du Lot.

On a dit dans la presse et à la télé que les espagnols étaient meilleurs que les français en matière de trufficulture. Rien n’est moins sûr car, chez eux aussi, la truffe s’est très vite fait en rare en février. Sur le plateau de Teruel, les conditions climatiques ont pénalisé la truffe comme à Lalbenque. Si la truffe avaient été abondante en Espagne, elle n’aurait pas été aussi chère sur le marché européen. Les espagnols ont eu la chance d’avoir des aides très importantes au cours des 30 dernières années, notamment de la part du gouvernement de l’Aragon.


Il faut planter des truffiers

C’est comme l’été en hiver.

Nous sommes contraints de piocher hardiment le sol pour extraire les truffes qui ont résisté à la sécheresse.

On n’aura pas vu un mois de décembre aussi chaud et sec depuis des décennies. Les truffes sont percées par les liodès (les « babaos »), là où elles ont pu survivre à la sécheresse et à la canicule de juin et juillet 2015.


La pluie est arrivée

C’est comme l’été en hiver.

Nous sommes contraints de piocher hardiment le sol pour extraire les truffes qui ont résisté à la sécheresse.

On n’aura pas vu un mois de décembre aussi chaud et sec depuis des décennies. Les truffes sont percées par les liodès (les « babaos »), là où elles ont pu survivre à la sécheresse et à la canicule de juin et juillet 2015.


L’été n’en finit pas de durer

C’est comme l’été en hiver.

Nous sommes contraints de piocher hardiment le sol pour extraire les truffes qui ont résisté à la sécheresse.

On n’aura pas vu un mois de décembre aussi chaud et sec depuis des décennies. Les truffes sont percées par les liodès (les « babaos »), là où elles ont pu survivre à la sécheresse et à la canicule de juin et juillet 2015.


La pluie est arrivée en retard

Il a fait chaud en juillet et la pluie a fait défaut sur les truffières. Les chênes ont perdu leurs feuilles par endroits.

Les chanceux ont toutefois eu un bel orage le 22 juillet. C’est le cas à Flaujac-Poujols où il est tombé 33 mm tandis que, non loin de là, à Vayrols, la pluviométrie a été de 55 mm.


Les brûlés à l’ombre

Le week-end de la mi-juin a connu une vague d’orages salutaire pour la santé des truffières et l’éclosion des truffes. Il vrai que la sécheresse commençait à poser quelques soucis aux trufficulteurs. Pourtant, il semble bien qu’il faut un mois de juin relativement sec et chaud pour que les brûlés soient bien marqués et que la naissance des truffes ait lieu.

Désormais, on ne sait pas ce que nous réserve le mois de juillet en matière de température et de sécheresse. Mieux vaut anticiper au cas où ça chaufferait dans les truffières et que l’eau viendrait à manquer.


Préparer la truffière au soleil de l’été

Préparer la truffière au soleil de l’été

Chacun sait que si le climat de l’été est à la canicule et à la sécheresse, la truffe sera rare voire absente l’hiver suivant. En effet, les truffes naissent en mai ou juin. Peut-être même plus tard mais les experts ont souvent des avis différents. Les truffettes du début de l’été n’ont pas de gros besoin en eau car la truffe est naturellement un champignon qui résiste assez bien à la sécheresse. On dit de la truffe noire qu’elle est xéro-thermo-calcicole, c’est-à-dire adaptée à la sécheresse, à la chaleur et au milieu calcaire.


En mai, tout est à surveiller !

Les chênes pubescents ont mis leurs premières feuilles. Pour peu que le climat soit à la pluie, il faut surveiller les premières taches d’oïdium qui ne vont pas manquer de perturber la croissance des chênes pubescents. Cet arbre commun en Quercy est l’une des meilleures essences pour la truffe à condition que sa croissance ne soit pas pénalisée par une attaque d’oïdium. Dès que les feuilles commencent à se recouvrir de « brume


Formations 2015

Le Syndicat des Trufficulteurs de la Région de Lalbenque, en partenariat avec la Station Trufficole du Montat et avec le concours du FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural) dans le cadre de la mesure 111 B, organise plusieurs journées de vulgarisation des résultats d’expérimentations sur la truffe.





barbour hombre botas ugg rebajas oakley frogskins cinturones louis vuitton woolrich madrid moncler barcelona duvetica españa oakley frogskins baratas parajumpers madrid polo lacoste ghd baratas air max 90 blancas zapatos mbt nike huarache blancas new balance hombre duvetica madrid louis vuitton españa ray ban aviator polos lacoste ralph lauren outlet
(); ?>